FrontAfrique
 
| Accueil | Présentation | Equipe | Réunions | Contributions | Liens | Rapports | Colloques | Publications |
 
Réunions
 
Réunion du 19 mai 2009

Présents : Séverine Awenengo, Karine Bennafla, Camille Lefebvre, Claire Médard, Pierre Boilley, Michel Goeh-Akue, Simon Imbert-Vier, Henri Médard.
Excusés : Isabelle Surun, Daouda Gary, Pierre-Claver Hien.
Nous accueillons Ariel Planeix, doctorant en anthropologie, qui étudie une tribu berbère de la frontière algéro-marocaine sur une longue durée (150 ans).

Publications liées à l’ANR
- Articles en cours de publication : Karine (Outre Terre et Cultures et conflits), Séverine (Lusotopie), Henri (Journal of Eastern African studies), Simon (Africa-Rome)
- Afin de réaliser une restitution de la journée d’étude commune avec Géo&Co du 6 février, merci aux intervenants de fournir un texte de cinq pages au maximum.
- Karine va publier un ouvrage collectif sur les marges au Maroc. Il est possible d’y associer l’ANR.
Il faut adresser la liste des publications/communications réalisées (ou à venir) par chacun de nous en relation avec la thématique de FrontAfrique, pour le rapport semestriel.

Missions prévues prochainement
Camille à Leipzig et Aix, Séverine en Guinée Bissau, Simon en Ethiopie

Travail de l’ANR
Il est prévu, pour conclure l’ANR, d’organiser un colloque et sa publication.
Un séminaire sur l’espace sénégalais (Séverine, Jean, Daouda...) est envisagé.
Afin de concrétiser la relation avec l’Afrique, il faut développer les échanges. Cela passe par l’accueil de chercheurs africains, mais aussi l’organisation d’un événement de l’ANR en Afrique.
Au Togo, Michel a lancé deux thèses sur la frontière Ghana-Togo (questions migratoires) et sur la position de Lomé et la frontière.

Le programme de l’ANR a été perturbé par les mouvements dans le supérieur et la recherche.
La prochaine réunion, le 19 juin, sera consacrée à l’organisation et la préparation des suites du travail de l’ANR.
Sans changer l’organisation et les discussions d’ensemble, l’objectif pourrait être de faire émerger des sous-groupes de recherches, afin d’améliorer nos échanges scientifiques et de permettre le cas échéant de favoriser des rapprochements, voir des approches comparatives. Tous les membres ne travaillent pas, en effet, sur les mêmes problématiques. Dans la perspective de la conférence/colloque et des publications finales, l’identification de ces sous-groupes permettraient aussi de redéfinir éventuellement des directions (depuis le dépôt du projet), et de voir si cela fonctionne. Du coup, on peut tout à fait imaginer appartenir à plusieurs sous-groupes, en fonction de différents intérêts. On pourrait les tester lors de journées d’études intermédiaires à organiser.
Cela passe par faire éventuellement des propositions, pour l’année (ou les années) à venir d’interventions, de rencontres et d’échanges entre chercheurs, enseignants-chercheurs, pas seulement sur le site français mais également togolais et burkinabè.
La réunion du 19 juin étant en grande partie consacrée à faire cette synthèse, il faudrait que les membres de l’ANR ne pouvant pas y assister puissent adresser leurs propositions avant la séance (en fait, il serait utile que nous puissions tous envoyer ces propositions en amont, afin de pouvoir les lire avant).

Michel, qui ne sera pas à la prochaine réunion, propose déjà des axes :
- effets de la différenciation politique des frontières
- dynamique des espaces frontaliers
- la construction des frontières : vécu des frontières par les frontaliers
- frontières internes, rapport au pouvoir central

Une rencontre du réseau Aborne aura lieu en septembre à Johanesburg. Appel à communication avant fin mai. L’ANR pourrait accueillir une réunion de ce réseau. Pour cela, il faudrait que les membres de l’ANR y participent plus, en s’inscrivant sur le site.

Claire et Michel travaillent à la convention permettant de transférer les financements prévus pour le Togo.

Une réunion avec la participation de Monique Chemillier Gendreau sera organisée à la rentrée.

La séance se poursuit avec la présentation de ses recherches sur la frontière syro-libanaise et l’enclave de Sidi Ifni, au Maroc, par Karine Bennafla.
Ariel Planeix présente ensuite son travail en cours sur les Skaara, tribu berbère qui se trouve sur un territoire qui est une zone frontière depuis l’Antiquité (province romaine puis empire ottoman).

 

Réalisé avec Spip, par Qolmamit